04 octobre 2011

Autistic mouse shows striking parallels to human disease

Traduction : G.M.

Des souris avec autisme montrent des parallèles frappants avec la condition chez l'homme

Les souris avec une version défectueuse d'un gène unique montrent des comportements et des symptômes qui sont remarquablement similaires aux caractéristiques observées chez les humains atteints de troubles du spectre autistique. Les animaux répondent également similaire à un médicament approuvé par la FDA pour traiter des comportements répétitifs chez les personnes atteintes d'autisme.

Selon les chercheurs qui rapportent leurs résultats dans le numéro du 30 septembre de la revue Cell, une publication Cell Press, le modèle de souris ouvre une fenêtre sur les mécanismes biologiques qui sous-tendent la maladie et ses symptômes, et il fournit une nouvelle façon prometteuse de tester de nouvelles stratégies thérapeutiques .

«Il y avait plusieurs sources de données mettant en évidence ce gène", a déclaré Daniel Geschwind de l'Université de Californie à Los Angeles.

Dans certains cas, les rares variantes du gène en question, connues sous le nom CNTNAP2 (contactin protéine associée-like 2), ont été signalées pour causer une forme héréditaire du syndrome autistique appelé syndrome d'épilepsie dysplasique corticale focale (CDFE). Des variantes plus communes de ce gène ont également été associées au risque d'autisme dans la population générale, et CNTNAP2 semble jouer un rôle important dans les circuits du cerveau responsables du langage humain.

Dans la nouvelle étude, les chercheurs ont développé des souris dépourvues de CNTNAP2 et constaté que les animaux présentent des nombreuses caractéristiques de l'autisme identiques à celles des humains. Alors que les souris ont une mémoire visuelle et spatiale , une intégration sensorimotrice, des réponses à l'anxiété typiques, elles présentent une communication vocale anormale, des interactions sociales subnormales et des comportements répétitifs. Les souris sont également hyperactives et ont souffert des crises d'épilepsie, de même que les patients avec CDFE.

Un examen plus attentif du cerveau des animaux a révélé des problèmes dans le développement des circuits neuronaux. Ces problèmes comprennent la migration anormale des neurones, moins d'interneurones, et une activité anormale du réseau neuronal. Les Interneurones connectent les neurones qui transmettent les impulsions du système nerveux central pour ceux qui envoient des impulsions de retour dans le reste du corps.

Geschwind explique que leurs observations sont cohérentes avec les théories émergentes qui suggèrent que l'autisme est caractérisé dans le cerveau par des disconnectivité des connexions de "longue portée" et une augmentation des connexions de courte portée."

On ne sait pas encore si les personnes avec CDFE ont les mêmes carences en interneurones que celles vues chez les souris, mais globalement les parallèles sont frappants.

"Je n'avais pas forcément de grandes attentes », a déclaré Geschwind. «Je ne m'attendais pas nécessairement à voir les mêmes comportements chez les souris et chez les humains parce que nous ne savons pas comment les voies sont conservées. Cela suggère qu'ils sont étonnamment très conservées"

Les animaux mutants répondent bien au traitement à la rispéridone, un antipsychotique qui a été le premier à gagner l'approbation de la FDA pour traiter les symptômes de troubles du spectre autistique. Les animaux ayant reçu le médicament ont été moins hyperactifs, montrent moins de comportements répétitifs de toilettage et ont été plus performants dans la construction des nids.
Conformément à ce qui avait été vu précédemment chez les patients humains, les souris n'ont pas montré d'amélioration dans les interactions sociales.

"Cela suggère au moins les comportements répétitifs sont conservés", a déclaré Geschwind. "Nous pouvons espérer que les comportements sociaux pourraient également l'être."

1 commentaire:

GM a dit…

Sujet identique abordé sur le site de Cyberpresse.ca
http://www.cyberpresse.ca/sciences/genetique/201110/03/01-4453908-un-mecanisme-genetique-pourrait-etre-une-cause-de-lautisme.php